Sources de contamination des Legionelles

Sources de contamination

Legionelles dans le biofilm

Les conditions favorisant la croissance des légionelles sont des températures entre 20°C et 50°C et une source de nutriments, en particulier d’autres substances biologiques ou des dépôts tels que la rouille ou le calcaire. Les systèmes d’eau chaude avec un faible débit, des secteurs de stagnation ou des chauffe-eau mal entretenus offrent en général des conditions de croissance idéales pour les légionelles. C’est tout particulièrement dans la plage de température de 30 – 50 °C que les légionelles se multiplient fortement.

Les légionelles se nichent dans les films biologiques et sont donc hors d‘atteinte pour la plupart des produits de désinfection chimiques et pour toutes les techniques de désinfection non chimiques. Un film biologique (biofilm) se compose principalement de colonies mixtes de micro-organismes (bactéries, algues, champignons, protozoaires) qui sont reliées entre elles mais qui adhèrent à un substrat et s’intègrent complètement ou partiellement dans une masse organique produite par l’organisme (mucus), appelée substance polymère extracellulaire.

Amibe Hartmannella vermiformis remplie de Legionella pneumophila

Ce film gélatineux offre des conditions idéales, c‘est-à-dire nourriture et protection, pour la contamination permanente de l’eau par des microorganismes pathogènes tels que les pseudomonades, champignons, mycobactéries, agents viraux et en particulier les bactéries de légionelles.

A cela s’ajoute le fait que les légionelles se multiplient des milliers de fois dans des amibes servant de corps hôtes et sont emportées du film biologique par le courant d‘eau. Lorsque ces amibes sortent par le brise-jet d’un pommeau de douche ou d’un robinet, les corps hôtes éclatent en raison de la chute de pression et libèrent des dizaines de milliers de légionelles. Les aérosols sont inhalés par l’homme, avec les conséquences exposées dans la section précédente. Si l’on considère ces deux facteurs, c‘est-à-dire des conditions favorables à la croissance des légionelles et l‘apparition d’aérosols inhalables avec des gouttelettes d‘eau d‘une taille de 3 à 5 µm, les systèmes suivants constituent un risque potentiel :

  • Les circuits de distribution d’eau chaude sanitaire, en particulier par l’intermédiaire des douches
  • Les tours de refroidissement
  • Les systèmes de climatisation, de conditionnement d’air ou d’humidification
  • La balnéothérapie
  • Le thermalisme (bains, traitements ORL)
  • Les équipements médicaux pour traitements respiratoires par aérosols
  • Les évaporateurs
  • Bains à remous, de bains de cure
  • Jets d’eau et fontaines décoratifs
  • Cabines de peinture au pistolet
  • Réseaux d’eau d’incendie

94% à 98% des Legionelles en réseau d’eau chaude sont du type Pneumophila. Cette prépondérance est due à leur plus grande facilité de développement en eau chaude.

En raison de leur capacité d’adaptation, y compris à des conditions habituellement hostiles à la vie, et à leur grande résistance aux biocides, la lutte contre ces bactéries est justement d’une importance particulière.

Seuils admissibles

La concentration en Legionelles est exprimée en Unités Formant Colonie (UFC) par litre d’échantillon. Le seuil admissible dépend de l’utilisation de l’eau concernée :

  • Eaux thermales : la valeur de référence est de 100 UFC/litre
  • Eaux Chaudes Sanitaires : en-dessous de 1000 UFC/litre, le risque de Legionellose est considéré comme très faible, mais il varie avec les facteurs de risque et les durées d’exposition aux aérosols contaminés
  • Tours de refroidissement :
  1. > 1 000 UFC/litre : seuil d’alerte ; nettoyage et désinfection de l’installation de façon à s’assurer d’une réduction de la concentration en Legionelles
  2. > 10 000 UFC/litre : mise en place de mesures d’amélioration de fonctionnement et définition de moyens susceptibles de réduire les risques de prolifération
  3. > 100 000 UFC/litre : l’installation doit arrêtée dans les meilleurs délai suivi d’une vidange, d’une désinfection complète et des mesures définies sous b).
Dernière mise à jour : 3-6-2018